BD-FIL

Lausanne, du 10 au 14 septembre 2014

Bulles de femmes – Bulles de vie

8 femmes, 8 portraits, 8 regards… sur des histoires de vie pas comme les autres.

Les femmes auteures de bande dessinée ne sont pas légion. Elles représentent moins de 10% des bédéastes francophones. Aussi bien voire mieux que leurs confrères elles ont su, avec finesse, ouvrir la bande dessinée à l’autobiographie, au témoignage sociétal ou politique, à l’introspection sensible, ludique ou dramatique, comme à la narration de tranches du quotidien.

crédit: Karine Bernardou, Hélène Bruller, Catel, Dominique Goblet, Isabelle Pralong, Kati Rickenbach, Anna Sommer et Aude Picault

BD-FIL vous propose, à travers cette exposition, de partir à la découverte du travail d’une sélection d’entre elles avec, en point de mire, leurs regards sur la vie et leur(s) vie(s). Le propos ne se veut pas féministe mais s’oriente vers une volonté naturelle de promotion de travaux précieux auprès de tous les publics. On remarquera que les femmes représentent encore à ce jour une part congrue du lectorat de bande dessinée, malgré un enrichissement considérable du domaine et l’élargissement de ses thèmes.

De l’autobiographie au témoignage, en passant par les fantasmes, les rêves, les rapports homme-femme, les relations paternelles, la disparition, l’enfance, le couple, l’état de manque, le rire ou la trajectoire de femmes illustres, Karine Bernardou (F) Hélène Bruller (F), Catel (F), Dominique Goblet (B), Isabelle Pralong (CH), Kati Rickenbach (CH), Anna Sommer (CH) et Aude Picault (F) vous emmènent dans leurs univers. Avec pudeur, violence, douceur, tendresse ou distanciation amusée elles évoquent des parcours réels et imaginaires, tous nourris de graphismes différents. Ces auteures, issues d’une nouvelle génération, offrent, des chroniques de vie touchantes et éblouissantes.

Chacune d’entre elles a, sur la demande de BD-FIL, réalisé son autoportrait et accepté de dévoiler une part de son intimité en répondant au questionnaire original de Marcel Proust (complété de deux questions sur la bande dessinée). Un exercice difficile permettant de les découvrir au-delà de leur style.

Karine Bernadou (France)

Lauréate du prix des jeunes talents d’Angoulême 2006, Karine Bernadou est née en 1981 à Montpellier. Elle quitte rapidement le soleil et les cigales pour faire des études de graphisme à Paris. Elle étudie 4 ans à l’école Olivier de Serres où elle obtient un BTS en communication visuelle et un DSAA (Diplôme Supérieur des Arts Appliqués). Depuis elle travaille comme illustratrice, auteure de BD et graphiste pour des magazines, ainsi que pour des agences de communication.

En 2005, elle crée avec Lucile Gomez le webzine Desseins, 14 numéros “menstruels” paraîtront grâce à la collaboration de nombreuses dessinatrices. Attachée depuis mars 2007 à l’agence d’illustrateurs Illustrissim, elle continue, parallèlement, son travail d’auteur.

Ses histoires ont été pré-publiées dans le magazine Ferraille illustré et Bang! Elles trouveront bientôt l’écrin précieux et mérité de deux albums à paraître chez Sarbacane (La femme toute nue, en avant-première à BD-FIL) et chez Bang ! (Croqueuses de Pommes).

Nourries d’un trait simple, elles se portent comme de subtils morceaux de vie et d’amour, parfois oniriques, souvent sensuels et presque toujours heureux.

Bibliographie

2007, La femme toute nue, Sarbacane

Hélène Bruller (France)

Née à Paris Hélène Bruller réside aujourd’hui entre Paris et Genève. Elle débute une carrière d’illustratrice en 1994, après des études aux Arts Décoratifs de Paris. Un an plus tard, elle est engagée chez Hachette comme graphiste, puis comme directrice artistique.

A l’écoute de l’enfance, elle se lance, en 1999 dans l’écriture du Guide du zizi sexuel, (avec Zep, son compagnon, au dessin). Ce délicieux opuscule, publié chez Glénat, marque un énorme succès auprès des petits comme des grands. Il porte, malgré son ton léger et humoristique des avertissements pertinents sur la sexualité et des sujets aussi graves que le sida, la pédophilie ou l’inceste.

Hélène prend ensuite le crayon « par les cornes » pour réaliser, en 2002 et de A à Z, Les autres filles et Les mecs des autres filles, deux petits formats caustiques sur des histoires de filles, de seins, de garçons et de vie conjugale (chez Hachette Jeunesse). Elle publie en 2004 et 2005, chez Albin Michel, Je veux le prince charmant et Je veux toujours le prince charmant deux grands formats ne prenant pas quatre chemins pour croquer l’univers fou du genre humain et des relations de couple. Un troisième opus est en préparation.

Elle réalise, parallèlement les adaptations de Titeuf pour la Bibliothèque Rose. Son vif talent d’observatrice comme son trait naïf et faussement enfantin servent à merveille ses propos et offrent à ses ouvrages un accès aussi direct que pétillant.

Bibliographie

Dominique Goblet (Belgique)

Agée de 40 ans Dominique Goblet est née et vit en Belgique. Artiste complète elle ne limite pas son travail à la seule bande dessinée mais explore et développe également l’écriture, la peinture, la sculpture, la photographie, la création d’objets de toute sorte, des projets de théâtre ainsi que des travaux à quatre mains. Le principe de la narration et d’un regard fort sur la vie et ses racines sont presque omniprésents dans ses œuvres.

Elle a, à ce jour, publié trois ouvrages de bande dessinée (tous d’un graphisme éblouissant), dont Portraits crachés (Fréon, épuisé), un carnet mêlant bande dessinée, peinture et illustration pour un regard sans concession sur son travail d’artiste ; le spectaculaire Souvenir d’une journée parfaite, une œuvre donnant l’idée d’une fiction comme celle d’un voyage dans l’intimité de son auteur ainsi que, surtout, Faire semblant c’est mentir. (L’Association, 2007). Commencé il y a plus de 12 ans ce travail autobiographique compose, avec une évolution stylistique et narrative propre à sa vie personnelle, une œuvre unique et majeure.

Dominique Goblet a, en outre, participé à l’ouvrage collectif de L’Association au Mexique (2000). Elle collabore ou a collaboré régulièrement aux revues Lapin, Strapazin, Comix 2000, Frigobox, Beaux-Arts Magazine et propose des cours de formation privilégiant le développement propre et personnel des participants.

Il est encore à noter qu’elle réalise, depuis plus de 5 ans, un travail étonnant avec sa fille. Mère et fille posent chaque semaine pour se peindre ou se dessiner l’une et l’autre. Ce travail devrait donner lieu, en 2008, à une édition auprès de L’Association.

Bibliographie

Catel (France)

Née en 1964 à Strasbourg et vivant à Paris Catel est l’auteure du récent et somptueux portrait de Kiki de Montparnasse (Casterman, 2007), avec la complicité scénaristique de José-Louis Bocquet.

Elle s’est d’abord fait connaître par son travail pour les aventures pour enfants de Marion & Charles (avec Fanny Joly, dans le mensuel Je Bouquine (éditions en albums chez Bayard)), et pour plusieurs albums pour enfants chez Nathan, Milan et Bayard Presse. Côté adultes elle a définitivement marqué sa patte avec Lucie (publiée dans la collection Tohu-Bohu des Humanoïdes Associés, puis chez Casterman, avec Véronique Grisseaux au co-scénario) et Le sang des Valentines (prix du public à Angoulême 2005). Admiratrice des petites comme des grandes histoires de femmes elle a signé un court portrait BD d’Edith Piaf dans la collection CD-bande dessinée Nocturne (2005).

Son trait, aussi simple que dépouillé, tout comme son important travail de recherche et d’observation (proprement colossal pour Kiki de Montparnasse) sert avec tendresse, élégance et vérité l’ensemble de ses histoires, que cela soit dans les aventures et tribulations quotidiennes de Lucie ou dans ses fresques de grandes destinées.

Catel a, suite à l’important succès de Kiki de Montparnasse, été contactée par Libération pour réaliser, cet été dernier, un portrait choral de l’éternel masculin mettant en images quatre romans signés Jacques Gamblin, José-Louis Bocquet, Thierry Bellefroid et Pascal Quignard.

Une jubilatoire rencontre entre BD et littérature qui donnera lieu, début 2008, chez Casterman, à l’édition d’un recueil baptisé Quatuor.

Bibliographie

* coscénariste: Véronique Grisseaux

Aude Picault (France)

Graphiste issue des arts décoratifs, Aude Picault a, avant ses premiers pas dans la BD, œuvré dans l’illustration et les livres pour enfants.

Son premier album de bande dessinée Moi je (édition Warum, 2005) a marqué un succès spectaculaire. Minuscule ouvrage il porte, au rythme d’un à deux dessins par page, un regard sur ses petits et grands plaisirs, ses embarras, ses coups gueules, ses doutes et ses certitudes. Sa deuxième œuvre, Papa (L’Association, 2006) dessine, dans un registre plus sombre et avec une finesse exceptionnelle, le récit du suicide de son père et des interrogations qu’il provoque. Une BD coup de poing qui fait montre d’une grande maturité.

Aude Picault a, aujourd’hui, terminé l’écriture du deuxième volet de Moi Je (à paraître en octobre aux éditions Warum) et se partage, à la mesure de son succès et de son évolution graphique, dans plusieurs autres projets de styles très différents. Elle réalise chaque semaine les aventures d’Eva pour le magazine Voici ; participe depuis peu au magazine Tchô – avec les aventures musicales des Mélomaniaks - ; alimente, avec trois autres compères et commères, l’un des plus spectaculaires blogs du moment (chut, c’est un secret !) et glisse des traits sensuels sur un blog collectif très, très coquin (motus et bouche cousue, c’est aussi et encore un secret !).

A à peine 30 ans Aude se promet une carrière prometteuse et ne devrait pas manquer de faire parler d’elle.

Bibliographie

Isabelle Pralong (Suisse)

Illustratrice, dessinatrice BD et peintre à ses heures Isabelle Pralong est diplômée de l’Institut de design de Milan. Valaisanne d’origine elle vit et travaille à Genève. Personnalité fertile et incontournable de la bande dessinée suisse et genevoise, elle compte à son actif une participation à plus de 20 expositions collectives et a été nominée à deux reprises, en 1999 et en 2004, pour le « Prix Töpffer de la Ville de Genève pour la bande dessinée ». Son style cubisto-naïf caractéristique et sa fine observation du quotidien font mouche dans l’ensemble de ses ouvrages ainsi que dans les nombreux projets collectifs auxquels elle participe.

Son premier opus, Ficus (Atrabile, collection Sang, 1999) est l’une de ses œuvres les plus marquantes. Il décortique au vitriol les moments les plus banals de notre existence pour en faire ressortir l’angoisse d’un quotidien paraissant inéluctable. Talâââm (éditions B.ü.L.b. comix, 1999) esquisse un regard tout aussi tranchant alors que Fourmi ? (éditons La Joie de Lire, collection Somnambule) joue, lectorat d’enfants oblige, une carte plus tendre.

Son dernier album, L’éléphant, vient de paraître chez l’éditeur français Vertige Graphic. Le signe d’une reconnaissance largement méritée et le gage d’une diffusion de plus en plus large de son travail.

Bibliographie

Kati Rickenbach (Suisse)

Née à Bâle et âgée de 27 ans Kati Rickenbach vit et travaille à Zürich. Elle a exposé à Oslo, Naples, Hambourg Bâle ou Münich et a reçu les honneurs d’une exposition complètement dédiée à son travail lors du dernier festival Fumetto de Lucerne. Elle a auto-publié de nombreux récits et participé aux fanzines allemands Orang, Flitter et Panik Elektro ainsi qu’au site Internet electrocomics.

Elle a publié, au printemps de cette année, sa première bande dessinée, Filmriss (éditions Moderne, en allemand). Un objet dont le récit, très original, conte l’histoire d’une jeune femme se réveillant un dimanche matin, un imposant suçon dans le cou, sans se rappeler exactement ce que fut sa soirée.

Se destinant de prime abord au journalisme Kati Rickenbach a très rapidement bifurqué vers le dessin en suivant, notamment, les cours de la Haute école d’art et de design de Lucerne. Son trait, rapide, vivant et fugace est, malgré les apparences, des plus sûrs et des plus maîtrisés.

Elle publie régulièrement ses récits autobiographiques dans des revues alémaniques telles que Strapazin et porte également sa collaboration à Züritip ainsi qu’au supplément thématique Forme du magazine romand Femina.

Sa source principale d’inspiration se lit dans la vie de tous les jours car c’est, selon elle, dans le quotidien que l’on trouve les plus belles histoires. Kati aime la vie et les hommes. Elles les croquent avec une gaieté, une ironie, une fraîcheur, un charme, une tendresse et, surtout, un talent à nuls autres pareils.

Bibliographie

Anna Sommer (Suisse)

Artiste complète de renom international Anna Sommer vit et travaille à Zurich. Auteure atypique – ses images en papier découpé font référence dans l’univers de la BD et de l’art contemporain – elle collabore, en qualité d’illustratrice à la revue culturelle Du, au magazine musical Vibrations ainsi qu’à d’autres périodiques suisses et européens.

Ses bandes dessinées sont régulièrement publiées dans Strapazin, Bile Noire (Atrabile) et Lapin ainsi que dans les magazines féminins Annabelle et Femina (avec la complicité d’Anne Baraou).

Son propos graphique et narratif, aussi sensible que drôle, en contact direct avec ses histoires de vie et de femme, marque à chaque fois le lecteur par sa délicatesse et son accroche aussi directe que subtile.

Libre et sensible, Anna Sommer manie érotisme, violence et humour dans un univers graphique singulier où les femmes mènent la danse. Ses ouvrages, que ce soit Damen Dramen (1996, Arrache Cœur, traduit et publié par L’Association sous le titre Remue-ménage, épuisé), et, plus récemment Die Wahrheit und andere Erfindugen (2007, Edition Moderne) se portent comme des écrins précieux et inimitables de mots, de traits, de fantasmes et de regards.

Anna Sommer est aujourd’hui et sans conteste l’une des plus éblouissantes auteures suisses de bande dessinée.

Bibliographie

© BD-FIL 2005-2014, tous droits réservés. Site réalisé par ♥ exiledesigns.