AYROLES François - BDFIL

BDFIL 14e édition
Festival de Bande Dessinée, Lausanne

Du 13 au 17 septembre 2018

*

AYROLES François (France, 1969)

← Retour à la liste des auteurs

Dédicaces: SA, DI

Après une année en fac d’histoire de l’Art (Panthéon-Sorbonne), François Ayroles intègre l’atelier bande dessinée de l’école des beaux-arts d’Angoulême (1989-1992).
Il commence alors à publier professionnellement dans la collection Regards Graphiques des éditions Autrement (Le retour de Dieu, 1994) en même temps qu’il entame une collaboration régulière avec les éditions L’Association, en particulier dans la revue Lapin. La même année, il rejoint l’OuBaPo (Ouvroir de Bande dessinée Potentielle) qui, sur le modèle de l’OuLiPo, permettra aux auteur-e-s davantage d’expérimentations dans leur production à l’aide de « contraintes » stylistiques.

Il se diversifie en publiant pour la jeunesse (Nathan) ainsi que dans la presse (Libération, SVM Mac, Les Inrocks, etc.). En 2002, il est contacté par Casterman. Il y réalise Enfer Portatif (2003), puis Le Jeu des Dames (2007), son premier livre en couleur. En 2003, Denoël Graphic lui propose d’adapter, en collaboration avec Ted Benoit, un scénario de film non réalisé de Raymond Chandler : Playback (2004).
Amateur de jazz et adepte du carnet de croquis, les éditions de l’An 2 publie un recueil de ses dessins En Concert en 2003. À côté de ses livres à L’Association, François Ayroles collabore à de multiples ouvrages collectifs (Comix 2000, L’Appareil, Les bonnes Manières, Rockstrips, etc.) chez différents éditeurs, ainsi qu’à plusieurs revues internationales (Spoutnik, Strapazin, Internazionale, Black, Spirou etc.). Il participe à de nombreuses expositions (OuBaPo, Toy Comix, Cent pour Cent, etc.).
En septembre 2015, chez l’Association il publie L’Amour sans peine, une satire humoristique des réflexions et analyses que certain-e-s mènent sur l’amour.
François Ayroles nous gratifie une quatrième fois de sa présence à BDFIL, avec notamment sa participation au projet de commande De la Fondue au…Menu ! et son duel graphique avec Baladi.