BDFIL 16e édition
Festival de Bande Dessinée Lausanne

17-21 septembre 2020

*

Concours Nouveau talent 2019

Thème : Ombre / Theme: Shadow / Thema : Schatten

 

Destiné à promouvoir de nouveaux talents, le concours de bande dessinée BDFIL est ouvert à toute personne de 15 ans et plus n’ayant jamais été publiée. Doté de CHF 5’000.- (env. €4’400), il a pour thème : « Ombre ».

Cette année, nous avons reçu un total de 356 projets provenant de 43 pays (Albanie, Algérie, Allemagne, Argentine, Arménie, Autriche, Belgique, Biélorussie, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Croatie, Egypte, Espagne, Finlande, France, Grande Bretagne, Grèce, Inde, Indonésie, Iran, Israël, Italie, Kazakhstan, Lettonie, Malaisie, Maroc, Mexique, Norvège, Ouzbékistan, Philippines, Pologne, Portugal, Roumanie, Russie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suisse, Taiwan, Ukraine et USA).

Cette année, le jury est présidé par Alex Baladi (invité d’honneur BDFIL 2019) et composé de Kevin Crelerot (auteur et enseignant à Ceruleum), Florence Grivel (historienne de l’art, journaliste culturelle radio à la RTS), Gaëlle Kovaliv (spécialiste BD, membre du GrEBD), Daniel Pellegrino (directeur des éditions Atrabile),  et Sylvie Wuhrmann (historienne de l’art et directrice de la Fondation de l’Hermitage).

Une sélection de planches fera l’objet d’une exposition du 11 au 16 septembre 2019, à l’Espace Rue de Genève 19, au Flon, à Lausanne, dans le cadre de cette 15e édition du festival. L’entrée à cette exposition est libre.

Un prix du public de CHF 500.- sera attribué par les visiteurs/teuses, au moyen des bulletins de vote disponible sur le lieu de l’exposition. Il sera dévoilé le lundi 16 septembre en fin de journée sur cette page.

Les lauréat-e-s 2019 :

1er prix

Virgile Albasini, Suisse, 2000

Né à Sion en 2000, Virgile Albasini grandit dans un village de montagne.

Il débute dans le milieu de l’art : après deux ans dans une école d’informatique, il a décidé de se tourner vers un domaine radicalement opposé en entrant à l’EPAC en 2018. Il y explore des domaines comme l’animation, la peinture et le dessin. Il apprécie l’Histoire, la pop culture, les jeux vidéo (et tout particulièrement les jeux de stratégie, d’aventure et d’action se situant dans un contexte historique et fantastique), les mangas, les romans et le cinéma.

Très attiré par l’Asie, il revient tout juste d’un voyage au Japon où l’architecture, la culture et l’histoire l’ont fasciné.

 

 

2e prix

Juliette Green, France, 1995

Juliette Green étudie aux Beaux-Arts de Paris, où elle approfondit sa pratique du dessin. Elle s’intéresse à la narration visuelle et travaille régulièrement sur des planches de bande dessinée. Ces planches sont conçues avec un logiciel d’architecture 3D : elle modélise chaque bulle, chaque personnage et chaque élément de décor dans l’espace virtuel du programme avant de l’encrer à la main. Elle utilise aussi ce procédé pour dessiner des histoires plus longues, sur des rouleaux pouvant mesurer jusqu’à dix mètres.

Son style graphique découle d’un mode de prise de notes inventé pendant son adolescence. Les notes se présentaient comme un ensemble de flèches, cases, bulles, pictogrammes, symboles, cartes de géographie, frises chronologiques et personnages.

Intriguée par le potentiel narratif des réseaux sociaux, elle travaille désormais sur une bande dessinée qu’elle publiera sur son compte Instagram.

Instagram

 

 

3e prix 

Marin Martinie, France, 1994

Marin Martinie a grandi à Nantes. Passé par la section Illustration de l’école Estienne, il étudie le cinéma d’animation aux Arts Déco de Paris dont il sort diplômé en 2018 en présentant le court-métrage Template Message. Il pratique la bande dessinée, l’animation et plus largement l’image en croisant les formes traditionnelles de ces disciplines avec une approche expérimentale. Son travail traduit une interrogation générale sur la production et la circulation des signes, qu’ils soient linguistiques ou iconiques. C’est précisément la double nature de la bande dessinée qui l’intéresse : explorer sa dimension verbale, discursive, et sa dimension picturale, plastique, le plus souvent en déformant ou en recomposant des figures anciennes. Il trouve son inspiration dans le cinéma, la littérature et la peinture avec une prédilection pour le non-sens, le surréalisme et la satire. Il vit à Paris et est actuellement artiste-étudiant au Fresnoy, studio national des arts contemporains.

Site internet

Instagram

 

 

Prix du public

Léa Quartenoud, Suisse, 1997

Les visiteurs et visiteuses de l’exposition Nouveau talent, réunissant tous les projets reçus à l’occasion du concours de cette année, ont désigné la planche de Léa Quartenoud comme gagnante du prix du public.

 

 

Consultez ci-dessous les palmarès des précédentes éditions du concours :